Passer le contenu

2017


  

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 13 OCTOBRE 2017

RAPPORT  MORAL  DU  PRÉSIDENT

 


Chers Amis,


Bienvenue à tous. Cette année, l'assemblée générale de notre association se réunit dans un cadre inhabituel : celui de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg. En effet, l’essentiel de notre soirée sera consacré, tout à l’heure, à la présentation de l’exposition Néo-Gothique, « Fascination et Réinterprétation du Moyen Âge en Alsace (1880-1930) » et nous remercions les éminents spécialistes, commissaires de l’exposition, qui vont nous accueillir et nous guider : Florian SIFFER, attaché de conservation au Cabinet des estampes et des dessins, Jérôme SCHWEITZER, responsable du département Alsatiques à la BNU, et Georges BISCHOFF, professeur émérite d’histoire médiévale à l’Université de Strasbourg.


Cette belle exposition s’inscrit dans le cadre de la célébration de la « Neustadt » de Strasbourg, ce « quartier impérial » cher à l’UNESCO et aux défenseurs du patrimoine. Mais elle nous permettra aussi de retrouver bien des thèmes qui ont inspiré les artistes du Cercle de Saint-Léonard.


Pour l’instant, je sollicite votre attention pour un exercice plus traditionnel et plus austère : la présentation du rapport moral de votre président, c’est-à-dire le bilan des activités de notre association depuis un an.


Parlons d’abord de la Léonardsau. Vous vous souvenez que, l’année dernière, à notre AG du 15 novembre 2016, nous avions eu le privilège d’accueillir M. Bernard FISCHER, maire d’Obernai, et que celui-ci nous avait fait une présentation très complète des intentions de la Ville concernant le domaine de la Léonardsau. Depuis lors, les choses n’ont pas beaucoup évolué, à la connaissance du public, mais nous avons le sentiment que, tant du côté de la mairie et que de celui de l’investisseur pressenti, M. Francis HENTZ, la volonté d’aboutir est toujours la même.  Le Maire, qui a regretté de ne pouvoir être des nôtres ce soir, nous a tout récemment confirmé que ce projet « exaltant » était en bonne voie, mais qu’il nécessitait encore « un travail conséquent en amont », aussi bien sur le plan technique qu’en raison de sa dimension culturelle.


Je vous en rappelle les grandes lignes, ou du moins ce que j’en sais.


La ville d’Obernai cèderait au promoteur les communs situés à l’entrée du domaine ainsi qu’une partie du parc de la Léonardsau, celle qui est la plus éloignée du château et ne bénéficie pas du classement des monuments historiques. Le financement obtenu permettrait de procéder à la restructuration complète du château, qui, comme vous le savez, est dans un état de délabrement avancé. Le rez-de-chaussée rénové pourrait accueillir des activités muséales, tandis que l’étage serait aménagé, si j’ai bien compris, pour des activités tertiaires, du genre « start-up ». En contrepartie, l’investisseur transformerait les communs, pour en faire un lieu d’accueil du public, convivial et gastronomique. Et surtout, dans la partie du parc qui lui est concédée, il aurait la latitude de créer un espace d’exposition et une résidence hôtelière.


Notre association a salué ce projet qui devrait préserver l’essentiel du patrimoine historique et  respecter les objectifs qui nous sont les plus chers : remettre en état le bâtiment défiguré par la mérule, maintenir sa vocation culturelle, lui permettre d’accueillir des manifestations liées à la mémoire du « Cercle de Saint-Léonard » et, d’une manière plus générale, à la promotion de l’art et de l’artisanat d’art alsaciens, et, en même temps, continuer à œuvrer pour l’entretien et l’embellissement du parc, chef d’œuvre d’Édouard André et qui, selon la volonté du Maire maintes fois réaffirmée, doit rester ouvert gratuitement au public.


Si tous ces objectifs sont bien pris en compte, notre association ne pourra que se réjouir du projet et lui apporter son soutien. Bien entendu, elle restera particulièrement attentive à la préservation de l’environnement, qui risque d’être altéré par la construction de bâtiments modernes, l’élargissement des routes d’accès, la création indispensable de parkings. Le projet immobilier doit s’insérer dans le paysage de la façon la plus discrète possible. Le Maire, qui est bien conscient de ces enjeux, nous a précisé qu’il travaillait en collaboration avec les Monuments historiques et l’architecte des Bâtiments de France.

 

Pour en venir au bilan de l’année écoulée, nous constatons que le parc de la Léonardsau accueille un nombre grandissant de visiteurs. Pour les Journées du Patrimoine, les visites-promenades ont toujours le même succès : elles ont été menées cette année par notre secrétaire général Frank Jung et par Mme Inès JEUDY, guide patentée de l’Office du tourisme d’Obernai, qui organise régulièrement des visites du parc. Nous assurons désormais une dizaine de visites guidées par an, pour plus de trois cents visiteurs par an.


Il faut aussi signaler, en mars dernier, la promenade commentée le long du petit canal de l’Ehn, avec la participation de Jean-François STAERCK, ingénieur des Eaux, et de Bernard WENTZ, président de l’association Alsace Culture et Patrimoine.


Citons encore, en juin dernier, la Journée des Jardins « à la croisée des sens » organisée par quatre étudiantes du Lycée agricole d’Erstein, et, bien entendu, le 28 juillet, le dynamique concert intitulé Tanz qui couronnait, dans notre théâtre de verdure, le Festival de musique d’Obernai.


Comme chaque année, je rends hommage au remarquable travail de l'équipe Parcs et Jardins du Pôle logistique et technique de la Ville d'Obernai, sous la responsabilité de MM. Francis Bronner, Alexandre Parmentier et Yann Jovelet. Un seul regret : malgré tous leurs efforts, nos jardiniers n’ont pas réussi à enrayer l’invasion de la pyrale, cette chenille qui, depuis quelques années, ravage les buis et les topiaires. 

   

Le domaine de la Léonardsau été mis en valeur dans le film de Pascal ORLAT que nous vous avons présenté l’année dernière à l’Espace Athic d’Obernai, à l’occasion de notre AG annuelle. Nous avons pu diffuser une centaine de DVD, mais il en reste encore qui sont à votre disposition. Avis donc aux amateurs de ce « Cri d’amour pour la belle oubliée ».

 

Nous vous avions parlé, l’année dernière, de l’exposition organisée par la ville de Saint-Louis (Haut-Rhin) sur « Le travail des artistes et artisans d’art du Cercle de Saint-Léonard ». Le catalogue, fruit d’une longue élaboration, vient enfin d’être publié. Il contient de belles illustrations et des articles intéressants de Jean-Charles Spindler, Nicolas Stoskopf, Bernard Jacqué, Marie-Christine et Frank Jung, W. et J. Kiwior et Thierry Burkard.

 

Le « Cercle de Saint-Léonard » reste l’objet de tous nos soins et nous continuons à rassembler documents et informations sur ce mouvement artistique encore si mal connu. Merci à tous ceux qui contribuent à nos recherches. Notre travail est présenté et constamment mis à jour sur le site Internet de l’association, admirablement tenu par Marie-Christine Jung, avec le concours technique de la société Actimage, et désormais complété par une page Facebook que Marie-Christine anime presque quotidiennement.

 

C'est sur ce site que vous trouverez toutes les informations utiles sur les ouvrages historiques et culturels récemment publiés et que vous pourrez consulter les notices biographiques consacrées aux dizaines d'artistes et de personnalités qui ont participé, à un titre ou à un autre, à ce qu'on appelle le Cercle de Saint-Léonard, y compris les créateurs de la Léonardsau, l'architecte Louis Feine, les paysagistes Édouard André et Jules Buyssens. Cette année, le fichier de notre site s’est enrichi de trois nouvelles notices, consacrées au peintre Frédéric REGAMEY, au collectionneur Georges SPETZ et au peintre verrier Désiré CHRISTIAN.

 

Notre association continue à développer ses liens avec de nombreux partenaires : la société d’histoire de Boersch, pour laquelle Frank Jung vient d’écrire un joli article sur la chapelle Notre-Dame-au-Chêne à Saint-Léonard, l’association « Pour la Conservation du Patrimoine obernois », qui organisait l’année dernière l’exposition consacrée à Henri LOUX, la société d’histoire et d’archéologie DBO (Dambach-la-Ville, Barr, Obernai), l’association Alsace Culture et Patrimoine, la Fondation Passions Alsace, etc.

 

Chaque année, nous proposons une « escapade culturelle de printemps ». En 2015, nous étions à Nancy, ville de l’Art nouveau, et en 2016 à Sarreguemines pour l’exposition Elchinger. Cette année, le 25 juin, nous nous sommes intéressés à la ville de Bâle, et sous deux angles, le matin « Bâle Art nouveau » et l’après-midi « Bâle médiéval ». Les cinquante-deux participants alsaciens, venus en car, ont été admirablement accueillis et pilotés par une guide de grande érudition, Mme Rose-Marie SCHULZ-REHBERG, que nous tenons à remercier une fois encore. Pour l’année prochaine, le projet d’excursion n’est pas encore arrêté et toute proposition sera bienvenue.


Ces journées culturelles et les diverses activités que nous menons depuis près de dix ans nous ont amenés à constituer tout un réseau de partenaires et d’amis. La force de notre Association tient à la qualité et à la fidélité de ce réseau, fédéré par l’inlassable dévouement de Marie-Christine et de Frank Jung. Je tiens à les remercier au nom de tous. Permettez-moi aussi d’évoquer une personnalité qui a joué un rôle déterminant dans la création et le bon fonctionnement de notre association, celle du Dr Alfred Gitz, qui nous a quittés cette année si brutalement, si douloureusement. Homme d’action et homme de cœur, il était une des figures du hameau de Saint-Léonard et un ami incomparable. Pendant le concert de juin, dans le théâtre de verdure de la Léonardsau, nous étions nombreux à penser à Freddy Gitz.



Th. B.