Passer le contenu

Lothar VON SEEBACH (1853-1930)

Peintre, dessinateur, aquarelliste, graveur

 

Le baron Lothar von SEEBACH est né le 26 mars 1853 au manoir familial à Fessenbach (près d’Offenburg) dans l‘Ortenau. Il décède à l’Hôpital Civil de Strasbourg le 23 septembre 1930.

 

Il passe sa jeunesse à Mannheim, où son père est affecté en tant qu’officier de carrière à la garnison du Grand Duché de Bade. La famille fréquente la cour de la grande-duchesse  Stéphanie de BEAUHARNAIS, cousine des beaux enfants de Napoléon Ier et fille adoptive de l’Empereur.

 

Après avoir passé son baccalauréat à Rastatt, de 1872 à 1875, il suit les cours de l’Académie des Beaux-Arts à Karlsruhe. En classe de maîtrise, il est élève de Ferdinand KELLER, coloriste et peintre d’histoire de grand renom. Ce dernier admire l’immense talent du jeune SEEBACH et son sens de l’observation précoce.

 

En 1875, il rejoint ses parents et deux frères qui habitent Strasbourg depuis la fin du conflit franco-allemand. Il établit son atelier dans la tour du 9 place de l’Hôpital à Strasbourg et y fonde sa propre école de peinture. Il assure la formation de la majorité des jeunes artistes de la région, comme Lucien BLUMER, Auguste CAMMISSAR, Henri LOUX, Paul SPINDLER, Henri SOLVEEN. Il fait des voyages d’études en Bretagne (1897) et à Paris (1879,1880, 1882), où il expose plusieurs fois, visite le Louvre, les salons impressionnistes et ceux des fauves (1905).

 

Durant un demi-siècle, l’Atelier de la Tour est le lieu de rencontre des artistes et des amateurs d’art de la région. Célibataire, Lothar von SEEBACH, mène une vie très simple, peu attiré par les délices gastronomiques, se permettant le cigare comme seul luxe. Il se sent à l’aise au milieu des artisans de la Krutenau, où il trouve des sujets de peinture en abondance. Il est respecté, même vénéré par les gens du quartier dont il soutient les plus miséreux. Il refuse une chaire aux Académies des Beaux-arts de Karlsruhe et de Strasbourg, car il tient farouchement à son indépendance.

 

À la fin de la Première Guerre mondiale, il obtient sans problème la nationalité française. En 1921, il prend néanmoins la résolution de quitter l’Alsace, blessé par des atteintes personnelles de certains collègues. Un périple le mène d’abord au Lac de Constance, où il est invité chez un élève; ensuite à Francfort-sur-le-Main il habite chez une ancienne cantatrice de l’Opéra de Strasbourg pour revenir enfin à Fessenbach chez son frère Auguste.

 

Le Docteur JAEGER, son ami de Strasbourg, l’incite à revenir au pays où ses ancêtres de la branche alsacienne se sont établis depuis le Moyen-âge. Le château Renaissance à Osthoffen, érigé par les barons von SEEBACH, témoigne encore aujourd’hui de leur puissance d’antan.

 

Lothar von SEEBACH maîtrise à la perfection toutes les techniques de peinture et les sujets les plus variés: scènes mythologiques, peinture de genre, natures mortes, paysages, portraits de caractère, nus. Ses bouquets de fleurs, des chefs-d’oeuvre délicats et hauts en couleur, qui décorent plus d’un intérieur bourgeois, font sa renommée.

 

À son époque, on l’appelait le « Strossburjer Mohler », le peintre du Vieux Strasbourg. Innombrables sont les vues de la ville, les études en plein air, du Rhin et de ses affluents. Il a su retenir au bout de son pinceau l’animation des rues, le travail des artisans et l’ambiance authentique de leurs ateliers. Il est de son mérite, d’avoir laissé aux générations futures, grâce à son oeuvre magistrale, une documentation exhaustive de la vie d’une capitale au tournant du siècle dernier.

 

Lothar von SEEBACH est à l’origine du courant impressionniste dans la région. Vers 1900, il s’oriente vers l’Art Nouveau comme en témoignent ses portraits et ses nus de cette époque. Vers la fin de sa vie, il se rapproche de la Nouvelle Objectivité. Précurseur de la peinture moderne, il donne une impulsion certaine à la « colonie d’artistes » du cercle de Saint-Léonard, autour de Charles SPINDLER. Comme doyen des jeunes artistes auxquels il apporte son expérience artistique, il contribue à la réussite de la Revue Alsacienne Illustrée.

 

Brigitte WILKE
Auteur de plusieurs ouvrages sur le peintre SEEBACH