Passer le contenu

Werner WITTICH (1867-1937)

Source : Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne

Universitaire, sociologue, économiste.

Né à Darmstadt le 5 août 1867, décédé à Colmar le 11 août 1937.

Son père, Fernand W. (1825-1912), était éditeur et imprimeur.  Celui-ci avait accompli sa scolarité au Gymnase Protestant de Strasbourg puis était entré en apprentissage de commerce chez Charles STAEHLING de 1842 à 1847.

Il avait ensuite travaillé pour l'imprimerie Gustave SILBERMANN de 1853 à 1855.

Werner WITTICH étudie lui l'économie politique, le droit commercial et la littérature française à l’Université de Lausanne puis à celle de Strasbourg. Il soutient sa thèse en 1891, sous la tutelle de Georg Friedrich KNAPP, recteur de l'Université de Strasbourg et membre de sa famille paternelle.

En 1895, il devient Privatdozent et enseigne l’économie politique et les finances publiques. Il se spécialise en droit et en histoire agraire.

Le professeur se lie d’amitié en 1892 avec Charles SPINDLER et participe aux réunions du Cercle de Saint-Léonard et au lancement de la Revue Alsacienne Illustrée.

W. WITTICH lance le débat de la double culture de l’Alsace en 1900 par son essai « Deutsche und Französiche Kultur im Elsass ». S’ensuit une vive réaction des autorités allemandes.

Il est cependant nommé professeur extraordinaire à la faculté de droit, en 1901, mais sans rémunération. En 1907, il refuse une chaire à Munich. L’université de Strasbourg lui propose deux ans plus tard un poste de professeur extraordinaire d’économie politique, avec pour mission de traiter les questions agraires d’Alsace-Lorraine.

Au fil des années, se développe une amitié grandissante avec Pierre BUCHER. Ce dernier est témoin à son mariage en 1911, avec une Alsacienne. WITTICH rencontre la Comtesse Mélanie de POURTALES qui le qualifie de « seul allemand intelligent » de son époque !

En 1914, il refuse de signer le manifeste nationaliste des professeurs d’Université de l’Empire Allemand. En 1917, il essaie de persuader les autorités allemandes d’adoucir le régime militaire imposé aux Alsaciens-Lorrains. Grâce à ses amitiés françaises, il est admis à rester en Alsace après la guerre.

Il s’établit définitivement à Bergheim en 1922 mais n’a jamais obtenu de chaire à la nouvelle université. Après la guerre, on l’autorise à enseigner au Centre d’Etudes Germaniques créé à Mayence pour les officiers des troupes d’occupation. De 1930 à 1933, il lui est seulement permis de donner un cours libre sur l’économie allemande contemporaine à l’Université de Strasbourg.

Le professeur est consulté par le gouvernement français pour la crise de l’industrie textile alsacienne et s’apprête à écrire une histoire de Strasbourg avec Fritz KIENER lorsqu’il décède, deux ans avant le début de la seconde guerre mondiale.

Bibliographie:
- Spindler Charles, L'âge d'or d'un artiste en Alsace. Mémoires inédits 1889-1914. Colmar & Nancy: Éditions Place Stanislas, 2009. 300 pages. [Saint-Léonard: manuscrit, 1930. 135 pages.]
- Strauss, Léon, François Uberfill, and Claus Wittich, Wittich, Werner Ludwig Georg Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, p. 4277-79. Strasbourg: Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace, 2002.
- Spahn, Martin. Von der französischen Revolution bis zum Weltkrieg. Das Elsass: Des Reiches Tor und Schild, hrsg. von Franz Kerber. Stuttgart: J. Engelhorns Nachf. Adolf Spemann, 1940, pages105-19.
- Spindler, Charles, L'Alsace pendant la guerre, (Préface de André Hallays). Strasbourg: Treuttel & Würtz, 1925. 763 pages.

Wittich, Werner:
- Ländliche Verfassung Niedersachsens und Organisation des Amts im 18. Jahrhundert. Inaugural- Dissertation zur Erlangung der staatswissenschaftlichen Doctorwürde eingereicht bei der Rechts- und Staatswissenschaftlichen Fakultät der Kaiser-Wilhelms-Universität zu Strassburg. Darmstadt: L.C.Wittich'sche Hofbuchdruckerei, 1891. 126 pp.
- Die Grundherrschaft in Nordwestdeutschland. Leipzig: Duncker & Humblot, 1896. 461 & 143 pp. (Habilitationsschrift).
- Auf der Grenze. Erlebnisse und Gedanken vom Kamme der Vogesen. Revue Alsacienne Illustrée / Illustrirte Elsässische Rundschau II, no. 1 (1900): 14-20.
- Deutsche und französische Kultur im Elsass. Strassburg: Schlesier & Schweickhardt, 1900. 92 pp. Ursprünglich in Illustrirte Elsässische Rundschau, II/2-4 (1900), pp.71-92, 113-140, 177-216.
http://wiki-de.genealogy.net/Deutsche_und_franz%C3%B6sische_Kultur_im_Elsass
- Le génie national des races française et allemande en Alsace. Revue internationale de Sociologie 10 (1902): 777-824, 857-907.
- Kultur und Nationalbewusstsein im Elsass. Strassburg: Verlag der Illustrirten Elsässischen Rundschau, 1909. 19 pp. Zuerst in Revue Alsacienne Illustrée / Illustrirte Elsässische Rundschau, XI:1 (Jan. 1909), pp.
24-36 (Einleitung von Henri Lichtenberger). Civilisation et Patriotisme en Alsace, (traduction et préface par Henri Lichtenberger). Strasbourg: Revue Alsacienne Illustrée, 1909.
- Die Wirtschaft des Reichslandes Elsass-Lothringen in Vergangenheit und Gegenwart. Das Elsass: Ein Buch von seiner Geschichte, Art und Kunst, pp.145-63. G. Anrich, F. Schultz, and W. Wittich. Strassburg: Trübner, 1918.
- L'introduction du franc en Alsace et en Lorraine. Revue d'Economie Politique 1, 4 (1922): 20-44, 500-548.
- Der soziale Gehalt von Goethes Roman 'Wilhelm Meisters Lehrjahre'. Erinnerungsgabe für Max Weber: Die Hauptprobleme der Soziologie, hrsg. von Melchior Palyi. Vol. 2. München: Duncker & Humblot, 1923, pp.278-306.
- Oesterreicher und Balten in der deutschen Politik: Ein Versuch zur Erklärung des National-Sozialismus." Strassburger Neueste Nachrichten (June 1932): 14., 15. & 16. Juni.
- Der religiöse Gehalt der Kolonisation des ostelbischen Deutschlands." Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik 144 (1936): 641-59 [dernier travail].