Passer le contenu

Alfred MARZOLFF (1867-1936)

Sculpteur et médailleur

Né à Strasbourg le 4 mars 1867, décédé le 4 mai 1936 à Rountzenheim.

Son père est maître-tonnelier, son frère Auguste est médecin à Reichshoffen.

En 1898, il épouse Sophie STROHL de Strasbourg, puis en secondes noces (1926) son modèle préféré, Emma WEISS, native de Barr.

Il effectue son apprentissage dans l’atelier du sculpteur-décorateur DOCK qui a restauré une partie des monuments publics détruits par les bombardements de 1870.

Avant de se rendre à Munich où il devient l’élève de RÜMANN et où il rencontre Adolf HILDEBRAND, il fréquente l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg. De retour à Strasbourg, il y est engagé comme professeur de modelage.

Il fait partie du noyau dur des artistes à l'origine du Cercle de Saint-Léonard et du Kunschthaafe et collabore à la Revue Alsacienne Illustrée. Il expose au premier Salon des Artistes Strasbourgeois (dès 1891, la Société des Amis des Arts ) et obtient un premier prix d'état au Salon des Artistes Français à Paris en 1893 pour sa sculpture en bronze, le Bogenspanner.

Grâce à l’appui du Prince de Hohenlohe-Oehringen, MARZOLFF peut s’offrir un séjour à Florence en 1901, ainsi que la construction en 1903 de sa villa conçue par l'architecte Gustave OBERTHÜR au 3, rue des Pontonniers (futur lycée de Jeunes filles). Il y habite pendant une dizaine d’années et travaille dans trois grands ateliers, réalisant des sculptures monumentales en grès des Vosges ainsi que des bustes, des médaillons et bas-reliefs en bronze.

En 1914, il quitte Strasbourg pour s'installer dans une maison alsacienne à Rountzenheim, où il donne libre cours à sa seconde passion, la pêche, et reçoit à sa table de nombreux amateurs d'art et de bonne chère: sa matelote d'anguille est réputée.

Après la guerre de 14-18, le retour de l'Alsace à la France lui vaut des commandes de monuments aux morts pour de nombreuses communes. Ses maquettes en argile, disparues aujourd’hui, mais appréciées par Robert HEITZ en son temps, expriment l'allégorie féminine de la douleur dans une inspiration Art Nouveau. L’artiste est très affecté par le rejet de trois de ses grands projets : un monument Pasteur, la Marseillaise (érigée en partie seulement en 1922, détruite en 1940, reconstruite en 1980) et un monument à Lamartine et Victor Hugo destiné à la Place de la République.

En 1931, il est décoré des Palmes Académiques. Admirateur de RODIN, il crée comme lui un grand nombre de personnages en pierre. Certaines de ses oeuvres, détruites en 1940 par l’occupant, ont été restaurées.

Au total 60 oeuvres ont été recensées par Lore VALERY, petite-nièce d’Alfred MARZOLFF, à l'appui d'une recherche menée par Audrey DUFOURNET (*voir Bibliographie)

Les monuments les plus importants se trouvent dans les communes suivantes :

¤ Strasbourg : Hercule et le Lion à l’Orangerie; les Quatre Hommes (ci-contre le Haleur), symboles du travail, du Pont Kennedy avenue d’Alsace; les figures allégoriques du Rhin et de la Moselle au 5, rue du Maréchal Joffre; le buste du compositeur Victor NESSLER à l'Orangerie; la Famille sur l’immeuble de la Sécurité Sociale, rue de Genève; les statues de Daniel SPECKLIN et de Jacques STURM rue de la Haute-Montée; le buste d’Eugène BOECKEL dans le jardin de l'Hôpital Civil; les sculptures en façade de la villa MARZOLFF; la Marseillaise, place Broglie, dont une maquette en marbre est exposée au Musée Historique; les médaillons de ROUGET DE LISLE et du maire DE DIETRICH sur l’immeuble de la Banque de France; les deux Lions du portail de la Préfecture; l'Homme terrassant un serpent: la maladie, devant l'Institut d'Hygiène et de Bactériologie; Jeune Femme apportant la lumière, dans l'immeuble du Gaz de Strasbourg;
¤ Les monuments aux morts de la Robertsau, Neudorf, Koenigshoffen;
¤ Dans les réserves des Musées de Strasbourg : l'Archer; le buste du peintre Léon HORNECKER;
¤ Haguenau : le Lion, en face de la gare; les bustes du maire NESSEL et de l’abbé HANAUER au Musée historique; le Bûcheron et la Cueilleuse de houblon place Robert SCHUMAN;
¤ Obernai : le médaillon du chanoine GYSS ; la fontaine SAINTE-ODILE;
¤ Mulhouse : le Lion à l'entrée du Jardin Zoologique;
¤ Altkirch : vestiges du monument aux morts l'Alsace réunie à la France, rue de la Curée;
¤ Rountzenheim : le monument aux morts;
¤ Soufflenheim : statue de Jeanne d'Arc du monument aux morts restauré;
¤ Sessenheim : statues de Martin Luther et Martin Bucer en façade de l'église protestante, sculptées en 2006 d'après les maquettes en plâtre de Marzolff;
¤ Oehringen (Wurtemberg) : dans une crypte de la Collégiale, bas-reliefs en bronze du sarcophage du prince et de la princesse de HOHENLOHE - OEHRINGEN.